Congé parental

Nous sommes en 2020, et dans le canton de Berne, le congé parental reste du domaine du rêve. Pour une vraie égalité, il nous faut sortir de l’âge de pierre, enfin ancrer ce droit dans la loi. Sur le plan national, les rapports de majorité bourgeois bloquent ce congé tant attendu, il faut donc une solution pour le canton de Berne, dans le but d’éviter que les défaillances nationales ne fassent obstacle à cette étape importante vers une réelle égalité.  
En participant à notre sondage, vous nous aiderez à déterminer la manière dont le congé parental devrait être organisé dans le canton de Berne.

Pour un congé parental digne de ce nom !


Pour le congé paternité qui a tant tardé, chaque jour fait l’objet d’un marchandage.  Le PS lance donc une contre-offensive en élaborant une initiative pour un congé parental digne de ce nom dans le canton de Berne. Au profit des familles, des entreprises et de l’économie. Pour l’avancement du canton dans son ensemble. 

Dans le système actuel, les familles avec de jeunes enfants doivent faire face à d’énormes contraintes. Aujourd’hui, ce sont surtout les femmes qui réduisent leur temps de travail à la naissance du premier enfant, et souvent pour une longue période. Elles se chargent de la plus grande partie des soins et tâches ménagères non rémunérés, qu’elles paient par des pertes au niveau du salaire, des assurances sociales et des rentes. En outre, la garde des enfants n’est pas gratuite ; elle est financée par les familles, et surtout par les mères, par le biais du travail non rémunéré.

Il est grand temps de prendre en compte le travail non rémunéré des jeunes familles ! Pour effectuer ce travail, les mères et les pères ont besoin d’un congé rémunéré. Le 4 décembre 2019, les délégué-e-s du congrès du PS du canton de Berne ont donc décidé que la direction du parti devrait élaborer une initiative cantonale pour un congé parental digne de ce nom.

Impact sur la société à partir de 38 semaines

Il est évident que chaque jour de « vacances » supplémentaire pour les parents est un bonus pour les familles.  Les études montrent toutefois que les effets attendus sur la société ne se font sentir qu’à partir de 38 semaines de congé ; c’est le temps nécessaire pour qu’un congé parental ait un impact positif sur le niveau d’emploi des mères. Il faudrait donc un congé d’au moins 24 semaines supplémentaires en plus de l’assurance-maternité actuelle de 14 semaines, dont un certain nombre exclusivement dévolu au père et le reste à répartir librement entre les deux parents.

Un congé parental présente de nombreux avantages. Cela permet aux mères et aux pères de passer plus de temps avec leur enfant et de partager équitablement les soins comme les tâches domestiques. Les pères jouent dès le début un rôle dans la vie des enfants et peuvent prendre davantage de responsabilités à la maison. Quant aux mères, elles parviennent mieux à concilier la famille et le travail tout en étant plus indépendantes financièrement et moins discriminées sur leur lieu de travail. Ces solutions existent déjà dans de nombreux pays, où il est démontré que le congé parental a un impact positif sur l’économie et les recettes fiscales en plus des avantages pour la famille et pour la santé. 

Une chance pour le canton de Berne

Les cantons ont toujours joué un rôle important dans l’introduction de réformes sociales, c’est l’un des avantages du fédéralisme. L’AVS, le droit de vote des femmes ou le salaire minimum en sont de bons exemples. Le canton de Berne pourrait montrer la voie avec d’autres cantons progressistes, ce qui en plus accroîtrait la pression en faveur d’une solution au niveau national.

Mais ce serait aussi une chance pour notre canton, car en période de pénurie de personnel qualifié, les grandes entreprises très rentables ont compris qu’une politique familiale moderne était dans leur intérêt ; elles proposent déjà des avantages qui dépassent le minimum légal. En revanche, il est plus difficile pour les PME d’introduire des mesures sans le soutien de l’État. Elles restent par conséquent sur le carreau dans la course aux travailleurs qualifiés. Un congé parental digne de ce nom serait donc aussi un avantage pour l’économie du canton. Sans parler du fait qu’une politique favorable aux familles qui renforce l’économie pourrait aussi contrebalancer les effets préjudiciables de la concurrence fiscale. 

Contact

S’inscrire à la lettre d’information :